Besoin d'un conseil ?
Un conseiller B&Y Finance vous rappelle gratuitement:

Les rachats d'actifs de la BCE, soutien ambitieux à l'économie

«Nos banques se transforment»
«Nos banques se transforment»
De nouvelles baisses signalées sur les taux immobiliers !
De nouvelles baisses signalées sur les taux immobiliers !
Immobilier : 3 idées originales pour investir
Immobilier : 3 idées originales pour investir
Investissement locatif, une passion française
Investissement locatif, une passion française
Immobilier ancien. Les prix chutent au Havre et à Rouen : c’est le moment d’acheter !
Immobilier ancien. Les prix chutent au Havre et à Rouen : c’est le moment d’acheter !

La Banque centrale européenne pourrait envoyer jeudi 07 septembre 2017,les premiers signaux vers la réduction de son ambitieux programme de soutien à l’économie.

La Banque centrale européenne pourrait envoyer jeudi les premiers signaux vers la réduction à venir de son ambitieux programme de soutien à l’économie, baptisé « QE » et destiné à sortir la zone euro du marasme.

Voici cinq explications sur cette mesure phare, son bilan et les difficultés d’en sortir.

Pourquoi avoir lancé le QE ?

Dès 2012, le président de la BCE, Mario Draghi, avait promis de faire « tout ce qu’il faudra » pour endiguer la crise. Mais ses premières mesures, dont l’abaissement drastique des taux d’intérêt, n’ont pas suffi à ramener l’inflation vers l’objectif de l’institut (un peu moins de 2% en glissement annuel).

En janvier 2015, M. Draghi annonce donc des achats de grande envergure d’obligations, c’est-à-dire de dette privée et publique. Le but est d’éloigner le risque de déflation, un cercle vicieux fait de baisse des prix et de report des décisions d’achat, qui freine durablement toute l’économie.

De quoi s’agit-il ?

L’ « assouplissement quantitatif » (« quantitative easing » ou « QE ») consiste pour la banque centrale à créer de la monnaie pour acheter sur le marché des obligations d’État ou privées détenues par des investisseurs.

L’objectif est que ces derniers – des banques le plus souvent – réinjectent les liquidités dans l’économie, en prêtant aux ménages et aux entreprises qui, à leur tour, doivent stimuler la croissance et l’inflation.

Comme il concerne dix-neuf pays utilisant la même monnaie, le programme d’achats de la BCE est davantage encadré que ceux de la Réserve fédérale américaine, de la Banque d’Angleterre ou de la Banque du Japon. La BCE s’interdit notamment d’acheter trop d’obligations d’un pays ciblé, pour éviter d’être accusée de financer sa dette publique.

Est-ce un succès ?

Le QE a facilité le financement des entreprises, des ménages et des Etats de la zone euro, permettant à ces derniers d’économiser des milliards d’euros sur la charge de la dette.

Parallèlement, la reprise économique en zone euro a gagné en solidité et s’est diffusée géographiquement, et le taux de chômage est repassé sous les 10%: tout cela « pas seulement, mais aussi » grâce au QE, s’est félicité Mario Draghi en juin.

Mais bien que la BCE ait déversé plus de 2.000 milliards d’euros de liquidités sur le marché depuis mars 2015, l’inflation reste sous l’objectif de l’institut.

Cette situation atypique, mêlant reprise avérée et inflation en berne, complique la sortie du QE.

Pourquoi est-il délicat d’en sortir ?

La BCE veut éviter toute annonce précipitée qui sèmerait la pagaille sur les marchés financiers, comme en 2013 aux États-Unis, lorsque la Réserve fédérale avait soudainement annoncé la fin à venir de son programme d’assouplissement quantitatif.

L’institution de Francfort avait franchi un premier palier sans encombre fin 2016, en ramenant le rythme mensuel du QE de 80 à 60 milliards d’euros par mois, au vu de la meilleure santé de l’économie.

Sauf que l’euro s’est renforcé depuis face au billet vert, naviguant désormais près d’1,20 dollar et plaçant la BCE face à un double casse-tête.

D’une part l’euro fort ralentit encore l’inflation, parce qu’il abaisse le prix des importations. D’autre part, un retrait orchestré du QE réduirait la quantité d’euros sur le marché, et ferait donc mécaniquement grimper le cours de la monnaie unique.

Et maintenant ?

Les spécialistes révisent désormais le scénario qu’ils ont longtemps privilégié, celui d’un ralentissement progressif et irréversible des rachats de dette entre janvier et juin 2018.

Ils tablent désormais sur une sortie « prudente et flexible » du QE, face aux développements incertains de l’inflation et de la parité euro/dollar: jeudi, la BCE pourrait signaler son intention d’agir encore longtemps sur le marché obligataire, y compris en renforçant de nouveau ses achats si la situation le nécessite.

source : https://www.challenges.fr/economie/les-rachats-d-actifs-de-la-bce-soutien-ambitieux-a-l-economie_497282


à propos de B&Y Finance

B&Y Finance est un Cabinet de courtage indépendant spécialisé dans la négociation de prêts Immobiliers autour de Lille, dans la région Hauts-de-France.

Notre métier est de vous accompagner dans votre projet d’acquisition ou de rachat de prêt en obtenant les meilleures conditions de taux et d’assurances auprès de nos partenaires bancaires.

Votre projet correspond souvent à une étape heureuse de votre vie et se concrétise avec une économie importante grâce aux grilles de taux privilégiées et exclusivement réservées aux courtiers. En effet, lorsque vous sollicitez votre Conseiller Bancaire en direct, celui-ci, même avec la meilleure volonté, ne pourra utiliser la grille de taux réservée aux courtiers (MIOBSP).

L’intérêt de solliciter B&Y Finance est donc un gain de temps conséquent, un gain d’argent et ce, sans aucune contrainte d’engagement puisque, conformément à la réglementation ORIAS à laquelle nous sommes soumis : « Aucun versement de quelque nature que ce soit ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent. ».

C’est la raison pour laquelle B&Y Finance considère chaque client comme unique, n’oubliant jamais qu’au-delà d’un simple dossier, il s’agit souvent de votre rêve ou d’une volonté affichée de gagner beaucoup d’argent.

Notre concept est basé sur une approche humaine alliée à une expertise globale, en effet il est fort probable que votre dossier soit analysé par l’un de nos gestionnaires de patrimoine avant de répondre à votre demande de financement pour une acquisition ou un rachat de prêt immobilier.

Nous sommes heureux de vous accueillir sur notre agence au , près de Lille dans la région Hauts-de-France, face à Décathlon Campus. N’hésitez pas à nous rendre visite !

Vous pouvez également nous contacter directement par mail ou téléphone ou renseigner notre formulaire (retour sous 24h maximum).


Gagnez du Temps, Gagnez de l’Argent, Ne payez qu’au Service Rendu !  Étude gratuite de votre dossier. Réponse sous 24H00.

Partagez
Tweetez
Partagez