Besoin d'un conseil ?
Un conseiller B&Y Finance vous rappelle gratuitement:

Marc Touati : “On risque une crise bancaire dans les prochains mois"

Acheter un bien “non conforme”
CRÉDIT IMMOBILIER: LES BANQUES PRENNENT DE PLUS EN PLUS DE PRÉCAUTIONS ET LES REFUS EXPLOSENT
Assurance de crédit : le droit à l’oubli étendu à davantage d'emprunteurs ayant été atteints de cancers
« Les plus jeunes exclus du marché, l’immobilier ne doit pas être réservé aux CSP+ »
Marc Touati : “On risque une crise bancaire dans les prochains mois"

Selon Marc Touati*, ces difficultés auront tout de même moins de conséquences pour l’ensemble de l’économie que lors de la crise des subprimes.

La crise économique actuelle pourrait-elle se transformer en une nouvelle crise bancaire?

Marc Touati : Oui, il est très probable que nous connaissions une crise bancaire dans les prochains mois. Les banques européennes étaient déjà dans une situation délicate avant même la crise. En 2019, elles détenaient 600 milliards d’euros de créances douteuses (140 milliards pour celles de l’Hexagone), présentant le risque de n’être jamais recouvrées. Cela s’est aggravé depuis, avec la récession en cours, même si nous n’avons pas encore les chiffres officiels.

Beaucoup de ménages et d’entreprises auront en effet du mal à rembourser leurs emprunts, et les prêts garantis par l’Etat ne règlent pas tout le problème, car ils ne le sont pas à 100%. Selon mes estimations, les créances douteuses devraient atteindre aujourd’hui les 1000 milliards d’euros au niveau européen. Si la reprise n’est pas là rapidement, il faut donc s’attendre à des difficultés dans le secteur bancaire. D’autant que les établissements financiers sont actuellement fragilisés par la courbe des taux d’intérêt. Pour qu’ils gagnent leur vie, il faut que le loyer de l’argent soit plus élevé à long terme qu’à court terme. Or, depuis 2019, la courbe s’est inversée!

L’autre problème, c’est qu’avec la réglementation dite de Bâle III, les banques sont incitées à détenir beaucoup de bons du Trésor, qui ne leur rapportent rien. Elles doivent même parfois payer pour cela, alors que ce sont des bombes à retardement, car la moindre remontée des taux va faire fondre leur valeur…

Une éventuelle crise bancaire pourrait-elle coûter cher aux Etats?

A priori non, car nous ne sommes tout de même pas dans la situation de 2008. Il faut d’ailleurs rappeler que l’aide apportée aux banques à cette époque n’a pas coûté cher aux Etats, car ils leur ont prêté de l’argent avec un taux d’intérêt élevé. Ils ont donc été gagnants dans l’opération! Aujourd’hui, le risque de faillite de grandes banques est très faible, car il ne s’agira pas a priori d’une crise de liquidités mais plutôt d’une crise «de restructuration», où les plus faibles seront encore plus fragilisés.

Il faut s’attendre à des fusions ou des rachats dans les prochains mois – BNP Paribas pourrait par exemple réaliser son grand rêve de rachat de la Société générale –, ainsi qu’à des plans sociaux… Donc sur ce point spécifique, oui, cela pourrait coûter cher aux Etats en allocations chômage!

 

Je souhaite être contacté sous 24h

 

Le crédit risque-t-il de se tarir?

Il n’y aura pas de «credit crunch» (resserrement du crédit, NDLR), mais comme le risque a augmenté, les banques vont le répercuter sur les taux d’intérêt des emprunts qu’elles vont accorder. On le voit déjà un peu: le loyer de l’argent sur le marché n’a pas bougé, mais les taux d’intérêt dans l’immobilier augmentent, car les banques y intègrent une prime de risque. Cela va certes limiter un peu la reprise, mais augmenter encore la dette serait une fuite en avant. Avec cette crise, nous sommes en train de remettre les compteurs à zéro.

* Marc Touati est économiste et président du cabinet Acdefi, auteur de «Reset: vers une réinitialisation mondiale» (édition Bookelis).

Source : capital.fr


à propos de B&Y Finance

B&Y Finance est un Cabinet de courtage indépendant spécialisé dans la négociation de prêts Immobiliers autour de Lille, dans la région Hauts-de-France.

Notre métier est de vous accompagner dans votre projet d’acquisition ou de rachat de prêt en obtenant les meilleures conditions de taux et d’assurances auprès de nos partenaires bancaires.

Votre projet correspond souvent à une étape heureuse de votre vie et se concrétise avec une économie importante grâce aux grilles de taux privilégiées et exclusivement réservées aux courtiers. En effet, lorsque vous sollicitez votre Conseiller Bancaire en direct, celui-ci, même avec la meilleure volonté, ne pourra utiliser la grille de taux réservée aux courtiers (MIOBSP).

L’intérêt de solliciter B&Y Finance est donc un gain de temps conséquent, un gain d’argent et ce, sans aucune contrainte d’engagement puisque, conformément à la réglementation ORIAS à laquelle nous sommes soumis : « Aucun versement de quelque nature que ce soit ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent. ».

C’est la raison pour laquelle B&Y Finance considère chaque client comme unique, n’oubliant jamais qu’au-delà d’un simple dossier, il s’agit souvent de votre rêve ou d’une volonté affichée de gagner beaucoup d’argent.

Notre concept est basé sur une approche humaine alliée à une expertise globale, en effet il est fort probable que votre dossier soit analysé par l’un de nos gestionnaires de patrimoine avant de répondre à votre demande de financement pour une acquisition ou un rachat de prêt immobilier.

Nous sommes heureux de vous accueillir sur notre agence au 1, rue du Palmarès, Bâtiment 6, 59650 Villeneuve d’Ascq, près de Lille dans la région Hauts-de-France, face à Décathlon Campus. N’hésitez pas à nous rendre visite !

Vous pouvez également nous contacter directement par mail ou téléphone ou renseigner notre formulaire (retour sous 24h maximum).


Gagnez du Temps, Gagnez de l’Argent, Ne payez qu’au Service Rendu !  Étude gratuite de votre dossier. Réponse sous 24H00.