Besoin d'un conseil ?
Un conseiller B&Y Finance vous rappelle gratuitement:

Immobilier : renégocier son prêt, ça peut rapporter gros

Logement neuf : la hausse des prix continue
Logement neuf : la hausse des prix continue
Le taux du Livret A maintenu à 0,75 % le 1er août
Le taux du Livret A maintenu à 0,75 % le 1er août
Les rachats de crédits restent bien placés pour obtenir les meilleurs taux immobiliers
Les rachats de crédits restent bien placés pour obtenir les meilleurs taux immobiliers
L’assurance emprunteur est-elle déductible des impôts ?
L’assurance emprunteur est-elle déductible des impôts ?
Comment réduire le coût de votre prêt immobilier ?
Comment réduire le coût de votre prêt immobilier ?

LE FAIT DU JOUR. Les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi attractifs pour les emprunteurs. Mais rien n’est perdu pour ceux qui sont déjà propriétaires : ils peuvent renégocier leur prêt.

Une occasion en or. Ni plus ni moins. Des centaines de milliers de particuliers ont la possibilité, en cette incroyable période, d’économiser plusieurs dizaines de milliers d’euros. Un peu de paperasse, et hop, jackpot ! La combine ? Réclamer une ristourne à son banquier sur son prêt immobilier. N’hésitez pas, les établissements sont, en ce moment, tout ouïe aux revendications de leurs clients. Car les astres sont alignés pour les emprunteurs.

Grâce, entre autres, à la Banque centrale européenne — qui inonde les pays de la zone euro d’argent frais en espérant doper la croissance —, la monnaie est désormais, pour les banques, abondante et bon marché. Voilà pourquoi les taux d’intérêt, qui déterminent le coût des crédits, faiblissent de nouveau. Ils atteignent des niveaux historiquement bas. Selon la Banque de France, ils ne dépassaient pas en moyenne les 1,86 % en juin 2016, contre 3,88 % en juin 2012. Mieux, la fonte des taux se poursuit cet été. L’Observatoire Crédit Logement — un spécialiste de la garantie immobilière — évoque même un taux moyen à 1,59 % en juillet pour les emprunts remboursés sur vingt ans, contre 1,67 % au mois de juin. Pas étonnant, donc, qu’après une première vague à l’été 2015, la renégociation de crédit ait de nouveau le vent en poupe. Plus du tiers des crédits délivrés par les banques étaient, en juin, du rachat de crédit.

«Pour économiser, il faudra changer d’établissement»

Et pourtant, renégocier réclame un peu d’efforts. Prendre rendez-vous chez plusieurs banquiers, constituer des dossiers administratifs… Pour gagner un maximum d’argent, il faudra mouiller la chemise. « Si votre banque vous a prêté de l’argent à 3,20 %, elle ne peut pas baisser votre taux à 1,20 %. Elle a, elle-même, emprunté cet argent à un coût plus élevé », relève Maël Bernier, porte-parole du courtier Meilleurtaux. Et d’ajouter : « Dans la majorité des cas, votre banque préférera donc vous perdre plutôt que de s’aligner sur la concurrence. Pour économiser, il vous faudra changer d’établissement. »

Reste une question, essentielle, à se poser : est-ce le bon moment ? Ne vaut-il pas mieux attendre, encore un peu, en espérant que les taux baissent encore ? Rassurez-vous, si demain l’argent devient encore moins cher, vous pourrez remettre le couvert, refaire un tour des banques. « Nous notons, assure-t-on chez le courtier Cafpi, l’afflux d’emprunteurs ayant déjà renégocié une, voire deux fois, leur emprunt. » Et, pour l’heure, tant que la Banque centrale européenne maintient sa politique monétaire très souple, les taux d’intérêt n’ont pas vocation à remonter de sitôt.

« On nous a proposé du 1,75 % à taux fixe ! »

Véronique Lévénez, cadre, qui a renégocié son emprunt fin 2015

Un bras de fer, une guerre des nerfs. Face à leur banquier, Véronique et Louis Lévénez n’ont rien lâché. Leur pugnacité a payé. En appelant à la rescousse des banques concurrentes, ce couple de cadres franciliens a réussi, en fin d’année dernière, à renégocier son emprunt immobilier. Avec, à la clé, une jolie économie de plus de 20 000 €.

« Nous avions acheté un appartement à Floirac, une commune limitrophe de Bordeaux, en 2012 », raconte Véronique. Un investissement locatif de 146 500 € (hors frais de notaire) que ce couple finance entièrement par un prêt bancaire. Sans apport. C’est, à l’époque, BNP Paribas qui décroche le contrat. « Nous avions deux emprunts, le premier de 100 000 € à taux fixe de 3,80 % sur quatorze ans et le second de 50 000 € à taux variable de 2,20 % sur dix ans », précise Véronique Lévénez. Ayant entendu parler de la baisse des taux, le couple tente, fin 2015, d’obtenir un geste commercial de leur banquier. « Ils nous ont proposé un taux de 2,6 % mais ne voulaient pas revoir les conditions de l’assurance emprunteur », se souvient Véronique. Ce qui, de son point de vue, ne rendait pas l’opération suffisamment intéressante.

Plus motivée que jamais, Véronique contacte un premier courtier. « Quelqu’un qu’on nous avait conseillé, mais il n’a pas voulu de notre dossier. Il en avait d’autres, d’une valeur plus importante que le nôtre. Il nous a dit que cela ne valait pas le coup. Cela nous a surpris », raconte Véronique. Ni une ni deux, elle démarche les banques concurrentes. « Je suis allée voir dans deux autres réseaux et j’ai fait des simulations sur différents sites Internet », se remémore-t-elle. Avant de préciser : « On nous a proposé du 1,75 % en taux fixe ! » Un taux d’intérêt attractif, octroyé par le réseau LCL à la condition que le couple fasse quelques efforts. « Ils nous ont demandé de loger la moitié de nos revenus chez eux et, bien sûr, les loyers de l’appartement », assure-t-elle.

Malgré quelques paperasses, le jeu en valait la chandelle. « Cela n’a pas été trés compliqué », assure Véronique. Depuis, cette cadre ne veut plus entendre parler de sa banque d’origine. « Nous les avions mis en garde : s’ils n’amélioraient pas leur offre, nous irions ailleurs. Mon mari y était client depuis une quarantaine d’années. Tant pis, nous sommes en train d’y fermer tous nos comptes », conclut-elle.

source: http://www.leparisien.fr/economie/renegocier-son-pret-ca-peut-rapporter-gros-22-08-2016-6059173.php


Gagnez du Temps, Gagnez de l’Argent, Ne payez qu’au Service Rendu !  Étude gratuite de votre dossier. Réponse sous 24H00.

Partagez
Tweetez
Partagez